Neverending infectious diseases : The case of Syphilis

An interdisciplinary project: searching for an integrated model to explain neverending infectious diseases. The case of syphilis (1859 to the present)

Programme de recherche 2020 - 2024 financé par le FNS

En collaboration avec Alexandre Wenger et Laurence Toutous-Trellu (Université et CHU Genève), Christian Bonah (Université de Strasbourg) et Christine Keyser (Institut de Médecine légale, Faculté de médecine de Strasbourg)

Il existe des maladies infectieuses anciennes, pourtant maîtrisées du point de vue de la connaissance scientifique et du traitement thérapeutique, qui non seulement ne disparaissent pas, mais encore gagnent à nouveau du terrain. Pourquoi et comment ces maladies défient-elles notre modernité médicale ?

Contenu et objectifs du travail de recherche

Notre objectif, en travaillant sur le paradoxe de la décroissance, de la démobilisation et de la non-éradication (définie selon l’OMS) de ces maladies, et de produire un modèle original qui expliquer le retour des maladies en question. Nous faisons l’hypothèse que ce paradoxe ne peut être compris que par une approche interdisciplinaire, croisant les perspectives médico-scientifique, historique et culturelle, et qui inscrit la compréhension biomédicale et épidémiologique dans une chronologie longue des réactions sociales, culturelles et politiques face à la maladie. Nous travaillons sur le cas exemplaire de la syphilis, une maladie socialement “honteuse”, aux manifestations cliniques variées, à la biologie complexe et qui, 80 ans après le miracle de la pénicilline, ré-émerge dans nos sociétés.

Pour rendre compte de la non-fin d’une maladie infectieuse, une compréhension large de la maladie est nécessaire, à la fois de sa vie socio-culturelle et de sa vie biologique. À ce titre, les paradigmes de connaissance existants (en sciences humaines comme en sciences biomédicales) et les modèles épidémiologiques actuels sont insuffisants, car ils sont cloisonnés dans leurs disciplines. Notre projet dépasse ces modèles en extrayant les questions biomédicales du temps court de la recherche scientifique pour les inscrire dans une histoire longue de 150 ans.

La syphilis offre un cas exemplaire : maladie infectieuse de transmission sexuelle, aux manifestations cliniques complexes, ayant motivé des campagnes de prévention originales depuis la fin du 19e siècle, et liée au développement des antibiotiques, elle fait son comeback depuis le années 2000. Nous souhaitons développer un modèle explicatif qui soit tout ou partiellement transposable à d’autres maladies infectieuses résistantes.

Pour plus d'informations sur le projet : https://neverending.unige.ch